Facebook reconnait que son application est énergivore

En réponse aux accusations que son application est trop énergivore, Facebook reconnait le problème et annonce travailler sur des améliorations.

Cela fait maintenant plusieurs jours que l’application mobile Facebook est pointée du doigt parce qu’elle consommerait trop d’énergie de la batterie. Selon les utilisateurs qui rapportent le problème, l’appli continuerait à pomper sur la batterie même si les mises à jour en arrière-plan sont stoppées.

Le réseau social a réagi par le biais d’Ari Grant, un ingénieur de Facebook. « Nous sommes désolés pour tous les inconvénients que cela causent », a-t-il notamment déclaré.

Il explique aussi que l’application sera corrigée pour qu’elle consomme moins.

Ari Grant explique que les ingénieurs de Facebook ont déjà identifié plusieurs problèmes.

Pour commencer, le mécanisme « CPU spin » qui vérifie en permanence si un processus est bien achevé, et cela même si le processus est en pause, ce qui consomme de l’énergie.

Il explique également que les sessions audio restent actives, même après la fin de l’écoute d’une vidéo ou la mise en arrière-plan de l’application. La session audio reste en vie simplement au cas où un utilisateur souhaite redémarrer une autre session audio. Laisser en vie les sessions audio consomme aussi de l’énergie.

C’est ainsi qu’Ari Grant annonce que la mise à jour de l’application Facebook publiée ce vendredi doit avoir un effet bénéfique pour la batterie vu que cette mise à jour arrête les sessions audio lorsqu’elles ne sont pas utilisées et limite l’utilisation de la fonction « CPU spin ».

Il conclut en déclarant : « Nous nous sommes engagés à continuer à améliorer notre application pour réduire l’utilisation de la batterie. Vous devriez voir des améliorations avec la version publiée aujourd’hui ».

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédent749 dollars pour le Priv : un autogoal pour BlackBerry ?
Article suivantYamaha Fine Technologies apporte la petite touche en plus au RX de Lexus
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here