Facebook refuse de supprimer les photos de son meurtrier

Hollie Gazzard a été tuée à couteau par Asher Maslim, son ancien petit ami. Malgré les supplications de sa famille, Facebook refuse d’effacer les photos du meurtrier du profil de sa fille.

Pour avoir voulu rompre avec son petit ami, Hollie Gazzard a été poignardée à mort de 14 coups de couteau. Alors que la famille de la jeune fille tente de faire son deuil, elle est sans cesse confrontée aux photos du meurtrier qui sont affichées sur son profil Facebook.

Nick Gazzard, son père, a contacté le réseau social pour faire part de sa détresse de voir des photos du meurtrier de sa fille affichées sur son profil. Il a demandé à ce qu’elles soient supprimées.

« Cela me rend malade de regarder ces photos et, pour être honnête, j’essaie de ne pas aller sur son site pour ne pas être affligé de les voir », a confié le père endeuillé.

La politique empêche Facebook de faire quoi que ce soit

Si Facebook n’a pas répondu à la demande de la famille de Hollie Gazzard de retirer les images d’Asher Maslim, c’est soi-disant parce que la politique mise en place en cas de décès d’un utilisateur empêche de le faire.

« Leur politique ne va pas. J’espère qu’ils vont changer d’état d’esprit », a réagi le père d’Hollie. Il ne compte d’ailleurs continuer ses démarches.

Suivant le conseil de Gary Rycroft, Président de l’actif numérique, un groupe de travail de la Law Society, il va écrire à Facebook pour retirer les droits d’auteurs des photographies concernées, ce qui signifie que le réseau social va devoir les retirer.

Hollie-Gazzard

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentMonaco Telecom : l’ultra-haut débit mobile pour la Principauté
Article suivantL’application Xbox pour Windows 10 a droit à une nouvelle bêta

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here