Facebook répond à Snapchat en rachetant Masquerade

Ce n’est un secret pour personne que Facebook tente de s’accaparer le marché de la vidéo en ligne, notamment face à YouTube. En annonçant 8 milliards de vidéos visionnées par jour, Snapchat nargue le réseau social, de quoi déranger la firme de Mark Zuckerberg.

De ce point de vue, en considérant que Masquerade est une application permettant de retoucher les selfies-vidéos en ajoutant des filtres mettant en scène des célébrités et autres effets en tous genres, puis de les partager leurs créations sur les réseaux sociaux, le rachat de cette application est en quelque sorte une réponse à Snapchat. C’est le fondateur de Masquerade, Eugene Nevgen, qui a annoncé l’acquisition sur le blog de la start-up, sans préciser le montant de la transaction.

Le rachat de l’application Masquerade, ou MSQRD, n’ont rien d’anodin. En effet, elle est la plus téléchargée sur iOS dans 16 pays, notamment en Russie, au Portugal, en Grèce ou encore en Biélorussie. En France, elle est classée au 12e rang des applications gratuites les plus téléchargées sur iOS.

Dans un communiqué, un porte-parole de Facebook indique que « Masquerade a développé une application fantastique, MSQRD, avec une technologie d’imagerie de classe mondiale ». Ce rachat va s’inscrire dans la continuité des rachats de WhatsApp et d’Instagram. À savoir que l’appli va rester indépendante. Il est prévu qu’Eugene Nevgen, Sergey Gonchar et Eugene Zatepyakin, les fondateurs de Masquerade s’installent dans les bureaux londoniens du réseau social pour continuer à travailler sur le développement de l’application.

Est-ce que ce rachat concurrence directement Snapchat ? Pas forcément. Mais comme cela permet de s’accaparer encore un peu plus du marché de la vidéo en ligne, c’est autant qui est grignoté à son concurrent.

facebook-masquerade-app

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLe virus Zika est aussi une menace pour le cerveau des adultes
Article suivantQuoi de neuf chez Apple le 21 mars 2016 ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here