Facebook : le transfert d’argent via Messenger se précise

Un mois après que Jonathan Zdziarski révèle que Facebook Messenger incluait des codes faisant allusion à une méthode de paiement, Andrew Aude confirme l’existence de cette option.

C’était il y a un mois, sur Twitter, que Jonathan Zdziarski a révélé au monde entier que Facebook s’intéressait au transfert d’argent en ayant inclus des codes faisant allusion à une méthode de paiement dans son application Messenger.

Afin de valider ces dires, Andrew Aude, étudiant en informatique à Stanford, s’est à son tour penché sur le code de l’application de messagerie de Facebook. Ses recherches lui ont permis de confirmer que les utilisateurs de Messenger pourront effectuer des paiements avec leurs correspondants une option qui fonctionnera comme les options d’envoi d’images ou de stickers.

Andrew Aude précise que seules les cartes bancaires pourront être utilisées, mais pas les cartes de crédit, ni PayPal même si le code mentionne son existence. Il précise que les paiements pourront être effectués vers un seul correspondant à la fois et qu’aucune mention à une quelconque commission n’est faite dans le code.Facebook : une solution de transfert d'argent via Messenger est en préparation

Alors que les applications de transfert d’argent prélèvent généralement une commission sur chaque transaction, comment Facebook compte se rémunérer pour ce service ? Par la publicité ? Ou peut-être que cette gratuité n’est que provisoire, le temps de faire les tests de ce service.

La découverte de ce code est bien évidemment à mettre en corrélation avec l’intérêt pour les modes de paiement mentionné par Mark Zuckerberg, mais aussi par le fait que c’est David Marcus qui est à la tête de Facebook Messenger, l’ancien président de PayPal.
Reste à savoir si ce service verra le jour, et surtout quand.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentEllo.co : déjà victime de son succès
Article suivantOS X Yosemite : 2e Golden Master et 5e bêta public

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here