Facebook : une évolution vers la reconnaissance vocale

C’est en déclarant que « la voix est devenue un moyen de plus en plus important pour naviguer » qu’un responsable de Facebook a commenté l’acquisition de Mobile Technologies, un spécialiste de la reconnaissance vocale.

Mobile Technologies est une société américaine spécialisée dans les techniques de reconnaissance vocale et de traduction par ordinateur. Fondée en 2001, elle vient de tomber dans le giron de Facebook.

Si dans son communiqué, Mobile Technologies précise qu’une partie de ses équipes ira rejoindre le siège de Facebook en Californie, Tom Stocky, un responsable produit de Facebook, est plus loquace en affirmant que « la voix est devenue un moyen de plus en plus important pour naviguer ».

Si les modalités de la transaction et la stratégie d’intégration de cette acquisition n’ont pas été précisées, cela laisse tout de même présager qu’après le tactile, l’avenir technologique passera par la reconnaissance vocale. C’est en tout cas ce que semble penser Facebook. Et vous, qu’en pensez-vous ?

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentinWatch One : encore une montre intelligente en attendant l’iWatch
Article suivantXiaomi : l’avènement du successeur de Samsung ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here