Facebook vs WhatsApp : rachat remis en cause ?

Est-ce que le rachat de WhatsApp par Facebook pourrait être remis en cause ? C’est en tout cas ce qu’essaient de faire deux organisations en dénonçant la gestion des données personnelles du réseau social.

Selon l’EPIC et le CDC, deux associations américaines de protection des données, Facebook utilise des pratiques « déloyales » et « trompeuses » en matière de gestion des données personnelles de ses utilisateurs. À l’opposé, la gestion des données personnelles du côté de WhatsApp est pro-confidentialité.

C’est en argumentant sur cette différence que ces deux associations ont saisi le régulateur américain du commerce, la FTC, pour faire bloquer le rachat de WhatsApp par Facebook en arguant que la motivation de ce rachat ne serait que les données personnelles des 450 millions d’utilisateurs de l’application mobile de messagerie.

Si l’EPIC et le CDC demandent un blocage de ce rachat, c’est une suspension de cette acquisition qui est au minimum requis, le temps de clarifier et résoudre ce problème de gestion des données personnelles.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentMicrosoft : présentation de DirectX 12 le 20 mars
Article suivantOrange : doublement de son bénéfice net
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here