Faire livrer ses colis par drones ? Ce sera bientôt possible en Australie

Est-ce que les livraisons de colis de La Poste ont du souci à se faire ? Oui si le projet de drones livreurs de paquet se généralise. Pour le moment, c’est l’Australie qui va se lancer.

Imaginer que des colis puissent être livrés par drones ne sera bientôt plus une utopie de science-fiction. En effet, à partir de mars 2014, six drones se mettront au service des clients de Sidney pour livrer des manuels scolaires. Cette initiative est due à la start-up Zookal, spécialisée dans la location de manuels scolaires s’est associée avec Flirtey pour faire livrer ses colis.

Concrètement, les clients utiliseront une application mobile pour passer la commande et le drone utilisera ensuite les coordonnées GPS pour localiser l’adresse de livraison. Une fois arrivé à une destination, l’engin demandera une confirmation du dépôt du colis via la même application sur smartphone.

Il faut encore préciser que les six engins volants, sans pilote, survoleront Sydney en portant jusqu’à deux kilos de charge utile, sans caméra, grâce à une technologie anticollision pour éviter les obstacles.

S’il ne s’agit pour le moment plus d’un concept qu’autre chose, on peut tout de même s’imaginer de savoir quand est-ce que notre ciel sera envahi par tous ces engins volants ?

drone-zookal-delivering-manual-prototype-V-U-405498-22

drone-zookal-delivering-manual-prototype-V-K-405488-22

drone-zookal-delivering-manual-prototype-V-J-405487-22

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentAviation : la FAA autorise l’utilisation des appareils électroniques en vol
Article suivantGTA 5 Online : Rockstar Games peine à tenir ses engagements

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here