Fenyr SuperSport : une nouvelle hypercar arabe signée W Motors

Après avoir déjà présenté Lykan Hypersport, le constructeur W Motors vient de présenter la Fenyr SuperSport au salon de Dubaï.

Jusqu’à présent, le constructeur libano-dubaïotte ne possédait qu’un seul modèle à son catalogue, la Lykan Hypersport, une voiture devenue célèbre en tant que star de « Fast & Furious 7 ». Sa gamme vient d’être complétée par un nouveau modèle : la Fenyr SuperSport.

C’est quelques jours après avoir publié un teaser au sujet de ce nouveau bolide que celui-ci a été dévoilé à l’occasion de l’actuel salon automobile de Dubaï. Quoi de plus normal qu’une nouvelle supercar arabe soit en priorité dans un salon dans un pays arabe.

Deux modèles très ressemblants

Au premier coup d’œil, il est difficile de distinguer la nouvelle Fenyr SuperSport de la Lykan Hypersport tant elle se ressemble dans le design. Celui-ci est une nouvelle fois anguleux, très musclé, sculpté, un style très agressif qui a de quoi rivaliser avec de nombreuses autres sportives.

Côté construction, elle a droit à une carrosserie en fibre de carbone posée sur un châssis tubulaire en aluminium.

Sous le capot, tout comme la Lykan HyperSport, la Fenyr SuperSport conserve le six cylindres à plat 4.0 litres biturbo, en provenance des ateliers RUF, un bloc qui développe la bagatelle de 900 chevaux pour 1 200 Nm de couple !

Pour amener cette puissance jusqu’aux roues, le bolide a droit à une boîte à double embrayage à 7 rapports.

Une vitesse et un prix hors normes !

La Fenyr SuperSport ne fait pas dans le détail avec une vitesse maximale annoncée de 400 km/h, sans oublier le 0 à 100 km/h avalé en seulement 2,7 secondes.

Question prix, la Fenyr SuperSport ne fera pas plus dans le détail vu qu’il est prévu qu’elle soit construite à seulement 25 exemplaires vendus chacun plus de 3,4 millions d’euros ! Ce tarif est celui de la Lykan Hypersport. Mais comme la nouvelle supercar ne sera certainement pas vendue moins chère…

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentPas de baston pour l’appli Rumblr
Article suivantLe Badge Center de Nintendo va enfin arriver en Europe

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here