Fiat Chrysler : mise à jour pour éviter le piratage de voitures

Suite au piratage d’une Jeep Cherokee par des chercheurs en informatique, Fiat Chrysler va proposer une mise à jour pour éviter le piratage de certains de ses modèles de voitures.

Charlie Miller et Chris Valasek, deux chercheurs en informatiques, affirment avoir pris le contrôle d’une Jeep Cherokee en imposant au conducteur des manœuvres qu’il ne maîtrisait pas. Dans l’article publié dans le magazine Wired, ils expliquent avoir travaillé un an pour arriver à pirater la voiture.

Le résultat est tout de même qu’une voiture peut être piratée.

« À la connaissance de FCA, il n’y a pas eu un seul cas d’incident réel de piratage illégal et non autorisé d’un véhicule de la marque », tient à préciser le constructeur automobile Fiat Chrysler (FCA). L’entreprise n’a pas nié la réalité du piratage.

Le conducteur de la voiture piratée a notamment constaté que la radio du véhicule a commencé à fonctionner toute seule, puis que les essuie-glaces se sont enclenchés, ainsi que le lave-vitre, avant que le moteur ne ralentisse et se coupe, et finalement que les freins disparaissent.

Dans un communiqué, FCA indique avoir préparé une mise à jour de son logiciel à l’intention de ses modèles 2013, 2014 et 2015. Il est disponible au téléchargement. Il faut le télécharger sur une clé USB afin de pouvoir l’installer sur la voiture. Les propriétaires des véhicules concernés peuvent aussi passer auprès de leur concessionnaire pour procéder à cette installation.

Les modèles concernés par cette mise à jour sont les camionnettes Ram 2013-2014, les Jeep Grand Cherokee 2014, les Dodge Durango 2013-2014, les Dodge Viper 2014, les Jeep Cherokee 2014 et quelques modèles de Chrysler 200 édition 2015.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentNew York : sursis pour Uber
Article suivantWall Street : la Bourse de New York devrait être plombée par les résultats d’Apple

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here