Fibre optique : vers une disparition du point noir de Free ?

Selon les engagements des différents opérateurs, le déploiement de la fibre optique. Avec seulement 60 000 abonnés FTTH, il s’agit d’un point noir pour Free.

L’actualité de Free se focalise sur la téléphonie et le déploiement anticipé de la technologie VDSL2, ce qui fait presque oublier les engagements des différents opérateurs en matière de fibre optique. Avec seulement 60 000 abonnés FTTH (fiber to the home, ou fibre optique jusqu’au domicile en français), Free reste particulièrement lent dans son déploiement.

Avec 47 00 abonnés FTTH localisés en Ile-de-France, la couverture nationale en fibre optique de Free fait pâle figure comparativement à celle des 239 000 abonnés d’Orange.

Pourtant, Free a entrepris le déploiement de son réseau de fibre optique dans plusieurs régions, à savoir Rhône-Alpes, Languedoc-Roussillon, Nord-Pas-de-Calais, Midi-Pyrénées, Pays de Loire, l’Alsace ou encore la Bretagne. Pour justifier la lenteur de son déploiement, Free a toujours avancé la difficulté d’accès aux fourreaux.

Qu’à cela ne tienne, la situation pourrait rapidement changer. En effet, en trouvant un terrain d’entente avec Orange, Free pourra bénéficier du partage d’une partie de ces fameux fourreaux. L’accord pourrait ainsi permettre d’accéder à plus de 500 000 logements, dans une vingtaine de villes.

Cet accord devrait donc rapidement permettre à Free de faire disparaitre son point noir…

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentInternet Explorer 11 : qu’apporte cette version à Windows 7 ?
Article suivantSamsung : une « SM-V700 » qui confirme l’existence de sa montre intelligente

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here