Fire Phone : chronique d’un flop annoncé ?

Si le Fire Phone est le première smartphone signé Amazon, il pourrait surtout être un gros flop commercial.

Est-ce qu’Amazon s’est « planté » en lançant son Fire Phone, son premier smartphone ? C’est ce que laisse penser le possible flop évoqué par The Guardian. Selon le quotidien britannique, seulement 35 000 exemplaires de cet appareil auraient été vendus en trois semaines.

Ce chiffre n’a rien d’officiel vu qu’Amazon n’a à l’heure actuelle fourni aucun chiffre, il est issu des estimations faites par le quotidien, ce qui ne représente que 0,015 % des 175 à 177 millions de smartphones présents aux États-Unis.

Comparativement au lancement du Galaxy S5 qui avait comptabilisé près de 10 millions d’unités vendues en trois semaines, il est clairement possible de qualifier de flop le lancement du Fire Phone.

Sans chercher à trouver des excuses comme quoi le marché est saturé, c’est certainement le risque pris par Amazon au niveau du tarif du Fire Phone qui pourrait être l’explication. En effet, au contraire des tablettes Kindle qui avaient été proposées à des prix très agressifs, le géant de l’e-commerce a préféré joué la carte du haut de gamme en vendant son smartphone 650 dollars, un appareil au final jugé « banal ».

À cela, son catalogue d’applications restreint par rapport à Android et iOS ne le rendait pas véritablement concurrentiel non plus.
Dès lors, que va-t-il se passer pour l’avenir du Fire Phone ?

Fire Phone, le flop d'Amazon
Fire Phone, le flop d’Amazon

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentSuzuki réinvente le Vitara
Article suivantInstagram : le time-lapse s’invite sur iOS

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here