FireChat : les manifestants hongkongais chat sans internet ni réseau cellulaire

Face à la menace que le gouvernement chinois bloque internet et les réseaux cellulaires, les manifestants hongkongais ont adoptés l’application de messagerie gratuite FireChat. Les manifestant brandissent leurs téléphones dans les rues de Hong Kong, le 29 septembre 2014.

Alors que des dizaines de milliers de manifestants réclament plus de démocratie pour Hong Kong, toutes ces personnes ont peur que le gouvernement chinois bloque internet et le réseau cellulaire dans le but de perturber leur mouvement. Pour palie ce risque, ils ont découvert une application gratuite : FireChat.

Développée par un Français établi en Californie, FireChat a initialement été conçue pour pouvoir communiquer dans des situations bondées telles qu’un festival, un match de foot, c’est-à-dire lorsque les réseaux habituels sont saturés. Pour communiquer, FireChat n’a pas besoin d’internet ou de réseau cellulaire, il est capable de le faire via Bluetooth, sur une distance de 70 mètres. Après, c’est le mystère de la topologie mesh (maillée) qui permet de communiquer avec des personnes bien plus éloignées que ce rayon.

C’est cette solution que les manifestants hongkongais ont retenus vu que l’application a été téléchargée plus de 100 000 fois entre dimanche et lundi dernier, un phénomène qui a démarré lorsque Joshua Wong, un leader du mouvement étudiant, a appelé à utiliser cette appli.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentDacia communique ses nouveaux tarifs
Article suivantIls inventent de l’invisibilité tridimensionnelle

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here