Firefox 38 : avec le support d’Adobe DRM

Bien que réticent à ajouter la prise en charge des DRM par Firefox, la dernière version du navigateur ajoute le support par défaut d’Adobe DRM (Digital Rights Management).

Le contenu gratuit est habituellement sans DRM comme la plupart des vidéos YouTube, des podcasts, etc. Ce n’est pas le cas des contenus numériques payant qui sont protégés par DRM (Digital Rights Management), que cela soit les livres électroniques ou les services d’abonnement tels que Netflix et Spotify.

À l’heure actuelle, des composants tels que Microsoft Silverlight et Adobe Flash permettent aux utilisateurs de diffuser du contenu qui est protégé par DRM. En règle générale, les navigateurs prennent en charge les DRM, soit nativement, soit par le biais de plugins.

Le problème pour Mozilla, c’est que les DRM correspondent à des logiciels au code fermé, ce qui est contradiction avec sa philosophie idéologique de l’open source.

Alors que le risque serait que des services tels que Netflix ne puissent plus être visionnés dans Firefox, Mozilla a donc préféré ajouter la prise en charge par défaut d’Adobe DRM dans la nouvelle version Firefox 38.

Pour respecter sa philosophie idéologique de l’open source, Mozilla a tout de même tenté de conserver sa ligne directrice en exécutant le module dans un conteneur (bac à sable), ce qui permet aux utilisateurs qui le souhaitent de « retirer le module à tout moment à partir du navigateur ».

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentHomeKit : la WWDC 2015 comme véritable coup d’envoi
Article suivantLe poisson-lune a l’avantage d’avoir le sang chaud !

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here