Flame : le super-virus « gouvernemental » qui fait peur

Kaspersky Lab, le spécialiste russe de la lutte antivirus a identifié une cyberarme utilisée contre des pays tels que l’Iran. Un virus d’une sophistication telle qu’elle suppose le concours d’un État.

Connu sous le nom de « Flame », ce super-virus serait actuellement utilisé à des fins de « cyberespionnage », a indiqué la société russe, l’un des premiers fabricants mondiaux d’antivirus. Ce virus a été détecté dans le cadre d’une enquête lancée par l’Union internationale de télécommunications (ITU).

Une fois qu’un système est infecté, « Flame » lance une série complexe d’opérations, telles que des captures d’écran, des enregistrements via un micro des conversations audio, ou encore l’usage de Bluetooth pour identifier les appareils aux alentours. Le virus est en fait un gigantesque ensemble de modules qui se déploient progressivement dans les systèmes infectés et laisse très peu d’empreintes.

Pour Norton, ces attaques sont menées par « des groupes organisés, financés, qui s’attendent à ce qu’on remonte la piste. Et donc ils ont tout fait pour la brouiller ».

En se prononçant clairement pour l’usage des virus hier, le ministre israélien des Affaires stratégiques a alimenté les spéculations sur une possible implication de son pays dans « Flame ». Il a utilisé la menace significative iranienne.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentSony : présentation du Xperia Ion
Article suivantSamsung : 2 ordinateurs ultra-légers sous Chrome de Google

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here