Football : la France adopte la technologie sur la ligne de but

La dernière Coupe du Monde a permis de tester grandeur nature la technologie sur la ligne de but. Cette technologie va arriver dans la Ligue 1.

Le 15 juin 2014, lors du match France-Honduras de la Coupe du Monde, le deuxième but tricolore a été accordé grâce à la « Goal Line Technology », littéralement la technologie sur la ligne de but. Cette technologie arrive aujourd’hui en France.

En effet, le dispositif vient d’être approuvé et s’appliquera à la Ligue 1.

Conçue par l’entreprise allemande GoalControl, la technologie sur la ligne de but s’appuie sur sept caméras à haute vitesse installées autour de chaque but. Les flux vidéo, jusqu’à 500 images par seconde, sont instantanément traités par informatique pour expurger l’image des éléments perturbateurs que sont les joueurs, les tribunes, les arbitres afin de ne conserver que le ballon. Sa position exacte est alors déterminée par triangulation.

En théorie, la « Goal Line Technology » est capable de dire toutes les deux millisecondes où se situe le ballon sur le terrain. Ces coordonnées, selon les trois axes x, y et z, sont analysées lorsque le ballon s’approche de la ligne des buts pour déterminer s’il l’a bien franchie.

Lorsque le ballon franchit la ligne, le système fait vibrer la montre de l’arbitre tout en affichant le message « Goal ».

De plus, GoalControl propose une solution pour modéliser la trajectoire du ballon et sa position par rapport à la ligne, à l’intention de l’équipe en charge de la réalisation vidéo.

La FIFA considère que le système a été suffisamment testé et éprouvé pour que sa capacité à analyser la validité d’un but ne puisse pas être remise en question.

En France, le dispositif entrera en application à partir de la saison 2015/2016. Cette technologie est d’ores et déjà utilisée en Angleterre. L’Italie et l’Allemagne l’adopteront aussi la saison prochaine.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentHubble : le télescope spatial va célébrer ses 25 ans d’activité dans l’espace
Article suivantDécouverte d’une protéine qui renforce le système immunitaire et « tue » tous les cancers

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here