Des fouilles en Alsace révèlent une tuerie néolithique vieille de 6000 ans

Comme le prouvent des charniers découverts en Allemagne et en Autriche, la période néolithique n’était pas tranquille. Il y a quelque 7000 ans, les populations d’agriculteurs et d’éleveurs du centre de l’Europe ont connu de nombreux massacres de masse. De telles tueries ont également eu lieu en France, plus particulièrement en Alsace.
L'Alsace a été la scène à une tuerie néolithique vieille de 6000 ans
En 2012, sur un site de fouilles à Bergheim (Haut-Rhin), huit squelettes complets et sept bras gauches avaient été retrouvés dans un silo, des vestiges macabres remontants à il y près de 4 400 avant J.-C. Aujourd’hui, c’est à Achenheim (Bas-Rhin) qu’une découverte tout aussi macabre vient d’être faite.

Ce sont des vestiges remontants vieux de 6000 ans qui ont été cette fois découverts. Selon Philippe Lefranc, le responsable des fouilles, il s’agit d’une tuerie perpétrée en plein cœur d’une enceinte fortifiée. Ce sont dégagés les restes complets de cinq adultes et d’un adolescent qui ont été retrouvés. « Leurs corps présentaient de nombreuses fractures aux membres inférieurs, ainsi qu’aux mains, côtes, bassins ou crânes. Leurs agresseurs se sont acharnés sur eux pour les réduire en miettes », explique le scientifique. En plus, quatre bras gauches surnuméraires ont également été retrouvés dans le même silo. « Ce qui porte en réalité ces découvertes à dix personnes, dont quatre n’étaient représentées que par un bras ! », précise l’archéologue.

« Ce qui nous a d’abord interpellés, c’est la disposition de ces six individus masculins. […] Certains reposaient sur le dos, d’autres sur le ventre ou le côté, avec les membres en positions désordonnées. Ces postures invraisemblables ne relevaient pas d’une pratique funéraire », précise Fanny Chenal, anthropologue à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP). « La seconde chose impressionnante, ce sont les très nombreuses fractures, sur les membres, les bassins, les mains, les crânes », ajoute-t-elle.

« Cela fait beaucoup de bras gauches pour le néolithique, beaucoup de violence en Alsace », commente encore Philippe Lefranc en englobant les découvertes faites à Bergheim et à Achenheim
Découverte d'une tuerie néolithique vieille de 6000 ans en Alsace
Ce qui intrigue le plus les chercheurs, c’est la présence des membres supérieurs gauches amputés. Pourrait-il s’agir de trophées de guerre ? C’est une hypothèse qui est envisagée. « Rencontrer à deux reprises ces bras coupés dans des contextes de violence ne peut pas être une coïncidence », souligne Philippe Lefranc.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentHabituez-vous aux filtres déformants de Snapchat, ils vont durer
Article suivantEncore un Prix Auto Environnement MAAF pour Toyota
Véritable touche à tout qui traine déjà derrière lui un long parcours professionnels dans le monde de la technologie, j'ai un jour décidé de me réorienter vers le journalisme par goût pour l'information et l'actualité. De fil en aiguille, j'ai été amené à écrire pour linformatique.org. Que cela soit la miniaturisation, les innovations ou l'amélioration des performances, ce qui concerne le progrès m'intéresse. Comprendre les choses, comme la création de l'univers, ce qui s'est passé au néolithique, ce qui compose une comète ou l'impact du génome sur une maladie sont très motivant pour moi en raison de l'impact de ces découvertes sur notre passé, notre présent et notre futur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here