Une Française crée le Doodle qui met à l’honneur les 48 ans d’existence des Shadoks

Que cela soit pour célébrer une journée Mondiale de quelque chose ou l’anniversaire de la naissance d’une personnalité, Google a pour habitude de proposer des Doodle sur la page d’accueil de son moteur de recherche. En cette journée du 29 avril, ce sont les Shadoks qui sont à l’honneur sur la version française de Google Search.

C’est en effet le 29 avril 1968 que le premier épisode de cette série d’animation mythique a été diffusé sur l’ORTF (Office de radiodiffusion-télévision française). Ces dessins animés de quelques minutes étaient dessinés par le producteur et dessinateur Jacques Rouxel. Dans leur version pour la télévision, l’inimitable voix espiègle de Claude Piéplu donnait vie aux Shadoks.

Pour célébrer leur 48e anniversaire, le Doodle proposé par Google n’hésite pas à faire « Ga », « Bu » et « Meu ». En fait, il s’agit de plusieurs Doodle. Un exprime la phrase « Je pompe donc je suis », un autre « En essayant continuellement on finit par réussir. Donc, plus ça rate, plus on a de chances que ça marche » ou encore « Quand on ne sait pas où aller, il faut y aller !… et le plus vite possible ».

Une Française pour ce Doodle consacré aux Shadoks

Les Shadoks font partie de la culture française, de l’héritage télévisuel français. C’est dans cette logique que Google a confié la réalisation du Doodle consacré aux Shadoks à une Française, à Hélène Leroux. Âgée de 28 ans, cette ancienne étudiante de l’école de l’image des Gobelins a été engagée par le géant du web en décembre 2015 pour travailler dans ses bureaux de Londres. C’est à elle que l’on doit les différentes versions de ce Doodle.

Pour revenir sur la diffusion des Shadoks, il faut dire que le premier épisode a été diffusé le 29 avril 1968. Alors que les agitations de mai 68 faisaient rage, la diffusion a été interrompue. La diffusion des 52 premiers épisodes repris en septembre 1968. Au final, les Shadoks ont existé pendant 208 épisodes.

Depuis 2000, c’est Canal+ qui a exhumé des cartons cette fable animée pour la rediffuser. Malheureusement, il semble que la mode soit passée et que les Shadoks ne passionnent plus autant… C’est ainsi que ces existentialistes, ces irrespectueux, ces idiots, ces… oiseaux aux allures d’échassier, longs sur pattes, dessinés d’un seul trait, sont aujourd’hui tombés en désuétude. Merci à Google de proposer un Doodle pour rendre gloire à cette belle création de la télévision française.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLe nouveau HTC 10 détrônera-t-il le Samsung Galaxy S7 ?
Article suivant4 députés votent un amendement fiant la mort de la HADOPI

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here