France : La stratégie numérique du gouvernement vers la création d’un « État plate-forme »

Depuis son lancement par le Premier ministre Manuel Valls en octobre 2014, la concertation sur la stratégie numérique a enfin rendu ses recommandations dernièrement avec la contribution de plus 5000 concernés qui ont pris part aux débats. Au gouvernement à présent de trancher et présenter sa loi sur le numérique au Parlement vers la fin de ce mois. À écouter les propos du Chef du gouvernement, la France va devenir un véritable « État plate-forme » numérique.

Toutes les recommandations élaborées au cours de cette concertation n’ont pas été retenues, mais les principales devises sont là : la neutralité du net avec ses prérogatives et ses limites pour l’accès aux réseaux internet de tous, le droit des citoyens au respect de la liberté, la numérisation continue des services publics, le positionnement plus vigilant vis-à-vis du pouvoir croissant des grands du réseau comme Google et bien sûr et surtout la cybersécurité. Quelques demandes n’ont pas été prises en compte, pourtant déclinées par la CNN (Conseil National du Numérique) par exemple que tout blocage d’un site fut-il à vocation terroriste devra l’être sur décision d’un juge et non par une décision administrative.

Concrètement, la stratégie qui a été dévoilée dénote une volonté des autorités de démontrer au monde et en particulier ceux qui critiquent le retard de la France dans la réactivité face à tout ce qui touche au numérique, qu’elle est bien au contraire à l’avant-garde de la modernisation informatique et qu’elle entend bien être l’État plate-forme numérique opérationnel bien avant même les décisions émanant de …Bruxelles. Alors, la France, pays de la création et de l’innovation ?

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentE3 2015 : Aloy la guerrière du mystérieux Horizon Zero Dawn
Article suivantLecture en streaming : légalité accordée avec limitation

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here