La France se lance dans la course au Big Data

Face aux géants américains qui se lancent dans le Big Data, la France ne veut pas rester à la traine en lançant ses propres projets.

Le Big Data, l’analyse des données des utilisateurs à très grande échelle pour améliorer la connaissance des clients, anticiper les besoins du marché ou favoriser la communication des objets connectés est au cœur de l’attention de toute la communauté high-tech depuis que des grands groupes américains tels que Google, Facebook, Apple ou Amazon placent leurs pions sur l’échiquier.

Justement, afin de ne pas être absente de cet échiquier, la France compte se donner les moyens de concurrencer les géants américains. C’est dans ce sens que le comité de pilotage des plans de la Nouvelle France industrielle a validé, mercredi dernier, le plan, d’un Big Data français. Selon le journal Les Echos, qui a obtenu une copie de ce plan, ce dossier comprend 14 pistes émanant de projets de grands groupes (Orange, La Poste, Covéa, Axa ou GDF Suez, etc.).

Concrètement, Orange souhaite mettre en œuvre une plateforme regroupant les données issues des objets connectés, GDF Suez et Alstom veulent cibler la ville intelligente notamment en centralisant les données énergétiques et de transport, ou encore Covéa, qui envisage une approche côté assurance avec des données sur les jeunes conducteurs et d’autres contre-la fraude.

Pour sa part, la Fédération Internet nouvelle génération compte créer un « espace de confiance » où chacun pourrait contrôler l’ensemble des données le concernant.

«Big data» : le plan de la France pour concurrencer les géants américains
«Big data» : le plan de la France pour concurrencer les géants américains

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentBouygues Telecom : le oui, non, peut-être d’Orange
Article suivantLes fondateurs de Google veulent survivre aux robots destructeurs de Terminator

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here