Free : 1,5 million de ménages pourront accéder aux offres dégroupées

Le groupe Free va investir en faveur des débits et des services internet afin de mieux couvrir la France en général et plusieurs villes et communes en particulier.

Par trois initiatives concrètes qui vont prochainement démarrer, Free va investir en faveur des débits et des services internet. À Brest, Reims, Le Havre et Dijon, avant « beaucoup d’autres villes et agglomérations », Free va raccorder ces agglomérations en fibre grâce à un co-investissement FTTH proposé par France Telecom.

Les premiers raccordements se feront début 2013. De plus, Free affirme avoir commandé le raccordement et le dégroupage d’environ 1 500 nouveaux répartiteurs (NRA) couvrant plus de 2 660 communes, soit plus de 1,5 million de lignes. Ces nouveaux répartiteurs s’ajouteront aux 4 500 NRA déjà dégroupés par Free. « Ce programme d’investissement, qui se déroulera sur les douze prochains mois et va permettre à plus de 1,5 million de ménages précédemment inéligibles d’accéder aux offres dégroupées », explique la société du groupe Illiad.

La liste des communes concernées par le dégroupage des répartiteurs est fournie dur le site de Free. Troisièmement, Free a passé commande des premiers NRA-MeD (Montée en Débit) déployés par France Télécom et les collectivités locales. Cet investissement va lui permettra d’améliorer considérablement les débits proposés et de résorber des zones blanc ADSL.

Le premier NRA-MeD dégroupé par Free sera livré au premier trimestre 2013. « Ces trois initiatives ont été rendues possibles par un travail coordonné du régulateur, de l’opérateur historique et des opérateurs alternatifs. Elles vont permettre d’améliorer rapidement la couverture numérique du territoire et de poursuivre l’effort de déploiement du FTTH de manière efficace, sans taxes et avec peu d’argent public », communique le groupe.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentiPhone 5 : son coût de revient serait de 167,50 dollars !
Article suivantHTC : à quand son smartphone de 5 pouces ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here