Freebox : à quand l’activation de Tfou Max ?

Le service SVOD Tfou Max était annoncé sur la Freebox. Maintenant qu’il est là, quand est-ce qu’il sera activé ?

Tfou Max est un service SVOD à destination des 3-12 ans. Il propose plus de 2 000 contenus répartis en trois tranches d’âge : 3-5 ans, 6-8 ans et 9-12 ans.

L’offre de Tfou Max se compose des héros préférés des enfants (Babar, Maya l’Abeille, Totally Spies, Trotro, Samsam, Petit ours brun, Wolverine, Transformers, Barbapapa, Lassie, Caliméro, Vic le Vicking, Mike le chevalier…), des films d’animation (Kirikou et la sorcière, Le panique show, Chasseurs de dragons…), des live action (Anubis…), des séries cultes (Les Schtroumpfs, Tintin, Titeuf…), des contenus ludo-éducatifs (Océan de vie, Jouons, Le piège blanc, La route de la glace, Livres interactifs, comptines…) et des spectacles (Violetta, Le Soldat Rose 2…).

Annoncé pour cet été sur la Freebox, le service Tfou Max est désormais disponible sur le Vidéo Club Freebox. Mais, pour le moment, il n’est pas encore actif vu qu’il indique « Bientôt disponible » lorsqu’on clique sur le service.

Vu qu’il est proposé, le service Tfou Max devrait donc être tout prochainement disponible pour la joie des plus petits.

Il est à souligner que le service comporte un espace parents pour qu’ils puissent le paramétrer selon la consommation désirée pour son enfant, notamment avec un code parental, des filtres par âge, une durée de visionnage quotidienne, etc. Les enfants ont droit à des fonctionnalités pratiques telles que la reprise de lecture, la lecture enchainée pour que les épisodes d’une même série ou une playlist s’enchainent automatiquement. Un mode hors connexion permet par ailleurs de télécharger des épisodes pour les visionner par exemple lors d’un voyage.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentPluton : New Horizons révèle la forme des lunes Nix et Hydre
Article suivantBbox Miami : Bouygues Telecom ajoute un bugtracker

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here