Fukushima : le Japon prêt à relancer son programme nucléaire

Depuis le drame de Fukushima, tout le programme nucléaire civil japonais était au point mort. Deux premiers réacteurs pourraient être relancés cet été.

Depuis le 11 mars 2011, la date du drame de Fukushima, le programme nucléaire civil japonais était au point mort. Par une décision de justice, sa relance est aujourd’hui évoquée.

C’est ce mercredi qu’un tribunal a annoncé avoir rejeté un recours en justice déposé par un groupe de citoyens antinucléaires au sujet de la réactivation de deux réacteurs situés dans le sud-ouest de l’archipel.

De fait, les réacteurs Sendai 1 et 2 ont été méticuleusement inspectés par les organismes de sureté nucléaire et ont obtenu tous les deux des certificats qui, associés à une autorisation des élus locaux, leur permettaient d’être relancés. Kyushu Electric Power, l’exploitant du site, a annoncé que les deux réacteurs seraient réactivés pour relancer la production électrique nucléaire dans la préfecture de Kagoshima dès cet été, sauf indication contraire.

Alors qu’aucun des 48 réacteurs nucléaires japonais n’a été relancé depuis les événements de Fukushima, cette nouvelle est très importante. En effet, même si le pays a depuis déployé des réseaux de production d’énergies propres sous la forme d’éoliennes et de fermes solaires, la production est actuellement insuffisante pour lui permettre d’être autonome. L’importation d’énergie pèse sur le budget du Japon.

Si la décision concernant Sendai 1 et 2 est positive, il est bon de souligner que, la semaine dernière, un même jugement avait été négatif pour les réacteurs Takahama 3 et 4 en raison de mesures parasismiques jugées insuffisantes.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentYouTube : 10 ans pour devenir incontournable et susciter une vive concurrence
Article suivantPourquoi Hubble est-il entré dans l’Histoire de l’espace ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here