Fukushima et Tchernobyl placées sous surveillance satellitaire

C’est à 15h11 que doit décoller la fusée Dnepr. À son bord, les satellites Hodoyoshi-3 et Hodoyoshi-4 seront chargés d’observer les sites de Fukushima et Tchernobyl.

Initialement prévu l’année dernière, c’est aujourd’hui que le lancement des satellites Hodoyoshi-3 et Hodoyoshi-4 est prévu depuis un centre spatial de la région de l’Oural. C’est à bord d’une fusée Dnepr ukrainienne que ces deux petits satellites seront mis en orbite.

Alors que la mission de Hodoyoshi-3 et de Hodoyoshi-4 sera de surveiller les niveaux des rivières à l’échelle mondiale, les deux robots auront également une mission particulière, à savoir mesurer les dégâts causés à l’environnement à proximité des centrales nucléaires accidentées de Fukushima (Japon) et Tchernobyl (Ukraine).

Développés par l’Université de Tokyo, les deux satellites doivent prendre des clichés des deux sites atomiques et de leurs environs, mais également mesurer les niveaux de radiations dans la zone. C’est dans ce sens que Shinichi Nakasuka, le chef de projet, souligne que « J’espère que les données collectées aideront le Japon et l’Ukraine à correctement évaluer l’impact sur l’environnement à proximité des deux centrales ».

Deux satellites observeront Fukushima et Tchernobyl
L’arche de confinement de Tchernobyl.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentTwitter supporte désormais les GIF animés
Article suivantBac 2014 : prof soupçonnée d’avoir fait fuiter des sujets

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here