Gaia part cartographier la Voie lactée

C’est ce jeudi matin, à 10h12, qu’un lanceur Soyouz a décollé de Kourou en Guyane avec à son bord le télescope spatial Gaia.

La grande épopée de Gaia, le télescope spatial européen qui doit cartographier la Voie lactée, a débuté ce jeudi matin sur le coup de 10h12. Un lanceur Soyouz a en effet décollé de Kourou, en Guyane, avec le télescope à son bord.

Après 41 minutes et 59 secondes de vol, le satellite s’est séparé de l’étage supérieur de la fusée pour entamer son long voyage en direction du soleil. En effet, au terme de son voyage, Gaia sera positionnée à 1,5 million de kilomètres de la Terre, en orbite autour du Soleil.

Dorénavant, il ne reste plus qu’à patienter avant de pouvoir recevoir les premières données du télescope spatial européen lorsqu’il sera en position.

Le télescope spatiale Gaia dispose d'un capteur photographe capable de "voir" des étoiles dont l'éclat est 400 000 fois plus faibles que celles visibles à l'œil nu.
Le télescope spatiale Gaia dispose d’un capteur photographe capable de « voir » des étoiles dont l’éclat est 400 000 fois plus faibles que celles visibles à l’œil nu.
La capsule profilée dans laquelle Gaia sera lancé jeudi depuis le Centre spatial guyanais (CSG), à Kourou, qui sert de port spatial aux projets européens.
La capsule profilée dans laquelle Gaia sera lancé jeudi depuis le Centre spatial guyanais (CSG), à Kourou, qui sert de port spatial aux projets européens.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentValve : les premières impressions sur le Steam OS et les Steam Machine
Article suivantLe nouveau Mac Pro disponible sur commande dès ce jeudi en France

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here