Gaia Vince : une femme reçoit pour la première fois le prix de la Royal Society Winton

Cela fait maintenant 28 ans que le prix de la Royal Society Winton est décerné à l’auteur d’un livre de science. L’édition 2015 fera date vu que c’est une femme, Gaia Vince, qui remporte pour la première fois ce prix.

En ayant été décerné à des auteurs de renommées mondiales tels que Stephen Hawking, Stephen Jay Gould, Jared Diamond, James Gleick ou encore Bill Bryson, le prix de la Royal Society Winton est particulièrement prestigieux.

Pour la première, en 28 ans d’existence de cette distinction, le prix de la Royal Society Winton a été remis à une femme : Gaia Vince. Elle a été récompensée pour son ouvrage intitulé « Adventures in the Anthropocene: A Journey to the Heart of the Planet we Made ».

Gaia Vince est une journaliste britannique, spécialisée dans les questions scientifiques et environnementales. Alors qu’elle était éditrice pour les journaux Nature, New Scientist et Nature Climate Change, elle a mis de côté ce travail pour se consacrer à son dernier livre, avec un certain succès d’ailleurs.

C’est à l’occasion d’une cérémonie organisée à Londres qu’elle a reçu son prix.

« Elle a su capturer la question du jour d’une manière qui est en fin de compte l’autonomisation, sans jamais être complaisante. Nous sommes très fiers de reconnaître ce travail ambitieux et essentiel », a commenté Ian Stewart, le Président du jury.

Pour son livre, Gaia Vince s’est notamment rendue dans des bidonvilles en Colombie, est descendue dans une mine d’argent en Bolivie ou a encore rencontré un homme dans les Caraïbes qui avaient construit une nouvelle île à partir de détritus. Au cours de ses voyages, elle est contractée le paludisme.

Source : Telegraph

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLa ruée sur les iPhone 6S commence ce vendredi
Article suivantBlackBerry officialise le nom de son premier smartphone Android : le Priv

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here