Galaxy Gear : pourquoi ne pas faire fonctionner de « vraies » applications Android ?

Alors que la Galaxy Gear n’est sensée pouvoir exécuter que certaines applications spécifiques, un petit tour de passe-passe permet de lancer et faire fonctionner de vraies applications Android sur son petit écran.

Malgré ce que l’on peut croire, la montre connectée intelligente Galaxy Gear de Samsung est parfaitement capable de lancer et faire fonctionner de vraies applications Android sur son petit écran de 1,63 pouce, mais en effectuant préalablement un petit tour de passe-passe.

Ce petit tour de passe-passe consiste à installer Nova Launcher, ce qui permet de transformer la Galaxy Gear en un terminal Android capable de faire fonctionner des applications importées à la main.

Cette manipulation permet de lancer et faire fonctionner les applications natives, mais malheureusement pas les applications nécessitantes des droits root comme les applications Google par exemple. Il faudra aussi tenir compte que des applications comme Angry Birds sont bien trop lourdes, mais que des jeux peu gourmands comme Candy Crush fonctionnent très bien.

Pour ceux qui seraient intéressés, voici la manipulation :

  1. Installer le SDK Android ;
  2. Activer l’option « Débogage USB » dans les paramètres de la montre ;
  3. Relier la Galaxy Gear à son ordinateur par USB en utilisant l’ADB (Android Debug Bridge) ;
  4. Dès que la Galaxy Gear est reconnue, il faut posséder le fichier APK de l’application à tester pour pouvoir lancer la ligne de commande « ADB install [lenomdufichier] » ;
  5. Quelques secondes plus tard, l’application apparaît sur l’écran de la Galaxy Gear, prête à être utilisée.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentiOS 7 : bug avec le Wi-Fi de l’iPhone 4S
Article suivantiPhone 5C : méventes en perspective ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here