Galaxy S5 Plus : le smartphone Android le plus rapide au monde arrive en Europe

Samsung annonce que « Le smartphone Android le plus rapide au monde » arrive en Europe, il s’agit du Galaxy S5 Plus.

Samsung vient d’annoncer la commercialisation en Europe d’une déclinaison Plus de son Galaxy S5, un smartphone qui reste globalement le même hormis une amélioration de ses puces. C’est ainsi que, au lieu du SoC SnapDragon 802, le Galaxy S5 Plus embarque un chipset SnapDragon 805, cadencé de surcroit à 2,5 GHz.

L’amélioration des performances du Galaxy S5 Plus par rapport à son prédécesseur se retrouve également dans la 4G LTE (catégorie 4) qui devient de la 4G+ LTE-Advanced, soit un débit théorique qui passe de 160 Mb/s à 300 Mb/s.
En résumé, le Galaxy S5 Plus se compose de :

· Un écran tactile Super AMOLED (1080 x 1920 pixels, 342ppi)
· Un SoC quad-core Qualcomm SnapDragon 805 cadencé à 2,5 GHz
· 2 Go de RAM
· 16/32 Go d’espace de stockage extensible à 128 Go par microSD
· Un capteur photo dorsal de 16 mégapixels
· Un capteur frontal de 2 mégapixels
· Du 4G+ LTE, Bluetooth 4.0, Wi-Fi et de la connectivité microUSB
· Android 4.4.2 KitKat
· Une batterie de 2800 mAh

Vu que le SoC Qualcomm SnapDragon 805 est actuellement l’un des chipsets les plus puissants du marché, cela signifie que le Galaxy S5 Plus est comparativement l’un des plus puissants du marché vu que les Motorola Droid Turbo, LG G3, Galaxy Note Edge, et Google Nexus 6 embarquent le même chipset.

Question prix, le Galaxy S5 Plus est annoncé aux Pays-Bas à 600 euros, mais il est disponible sur eBay en Allemagne à partir de 400 euros. Un autre détaillant allemand le propose à 548,51 euros.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentMission Rosetta : les inconnues qui entourent Philae
Article suivantChrome : Google annonce la fin du support du Netscape Plugin API

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here