Gauss : un nouveau virus-espion capable de surveiller les transactions bancaires

D’après Kaspersky Lab, le virus Gauss peut récupérer les mots de passe enregistrés sur les navigateurs internet ainsi que d’autres données, recueillir des informations concernant les configurations système, voler les références nécessaires aux paiements bancaires et lire les identifiants d’accès aux réseaux sociaux, aux boîtes courriel et aux services de messagerie instantanée.

Kaspersky Lab, une des principales sociétés de sécurité informatique, a annoncé jeudi la découverte d’un nouveau virus-espion capable de surveiller les transactions bancaires, les courriels et les réseaux sociaux. Gauss, ce nouveau virus, pourrait en outre être capable d’attaquer des infrastructures vitales.

Ce virus-espion, capable de surveiller les transactions bancaires, a été découvert au Moyen-Orient. Il pourrait provenir du même laboratoire que Stuxnet, soupçonné d’avoir attaqué le programme nucléaire iranien. « Après avoir observé Stuxnet, Duqu et Flame, nous pouvons affirmer de façon quasi certaine que Gauss vient de la même usine, ou des mêmes usines », précise Kaspersky Lab.

Toujours selon Kaspersky Lab, Gauss peut récupérer les mots de passe enregistrés dans les navigateurs internet ainsi que d’autres données, recueillir des données concernant les configurations système, voler les références nécessaires aux paiements bancaires et lire les identifiants d’accès aux réseaux sociaux, aux boîtes courriel et aux services de messagerie instantanée. Roel Schouwenberg, chercheur chez Kaspersky Lab, a déclaré qu’un des modules de Gauss, appelé Godel, pourrait être équipé d’une tête chercheuse similaire à celle trouvée dans Stuxnet. Selon lui, Godel serait une cyberarme, mais ses développeurs ont tellement bien crypté son but véritable que Kaspersky Lab doit encore découvrir l’ensemble du code, ce qui pourrait prendre des années.

Kaspersky Lab, basée à Moscou, dit avoir déjà découvert plus de 2 500 ordinateurs infectés par Gauss, notamment au Liban, en Israël et en Cisjordanie.

Votes
[Total : 1 votes en moyenne : 5]
PARTAGER
Article précédentiPhone 5 : une batterie « standard »
Article suivantApple vs Samsung : une preuve accablante !

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here