Génie génétique : la Chine choque le monde

Le fait que des chercheurs chinois aient modifié le génome humain choque le monde.

Les avancées scientifiques en matière de génie génétique allaient immanquablement se heurter à des questions d’éthique. La limite a été franchie par la Chine à l’annonce d’une modification sur le génome humain.

Alors qu’une telle pratique est interdite en Europe, l’annonce faite par les chercheurs de l’Université Sun Yat-sen à Canton fait que la Chine est désormais qualifiée de « far-west » de la recherche génétique.

« Cette nouvelle souligne la nécessité d’une interdiction mondiale immédiate sur la création de bébés génétiquement modifiée », a déclaré le Dr David King, directeur de Human Genetics Alert. « Il est essentiel que nous évitions un avenir eugénique dans lequel les riches pourraient acheter eux-mêmes un bébé avec des avantages génétiques intégrés ».

Les scientifiques chinois ont utilisé une technique de modification génétique appelée CRISPR/Cas9, découverte par des chercheurs du MIT. Elle fonctionne sur le principe que des bactéries attaquent certaines parties du code génétique. La technique CRISPR utilise une protéine dérivée de bactéries pour s’attaquer à un gène particulier, qui est ensuite remplacé ou réparé par une autre molécule présentée en même temps.

Cette technique a été déjà été utilisée sur des cellules adultes et des modèles animaux, mais jamais sur des cellules embryonnaires humaines.

Alors que certains partisans défendent le fait que le génie génétique pourrait éliminer certaines maladies héréditaires, les opposants s’inquiètent de l’aspect éthique, le fait qu’une modification génétique sera transmise aux générations futures.

La situation est d’autant plus complexe que les résultats chinois ne sont pas particulièrement probants. Sur les 86 embryons traités, 71 embryons ont survécu. 54 ont été génétiquement testés. Le résultat est que seulement 28 ont été réparés. Par contre, il a été découvert un certain nombre de mutations inattendues dans les gènes.

Le Prof Shirley Hodgson, professeur de génétique du Cancer, Université populaire de St George de Londres, a déclaré : « Je pense qu’il s’agit d’une dérogation importante aux pratiques en matière de recherche actuellement acceptées. Pouvons-nous être certains que les chercheurs travaillaient bien sur des embryons non viables ? ». « Toute proposition visant à faire de la manipulation génétique germinale devrait être très soigneusement considérée par les organismes de réglementation internationaux avant qu’elles débutent ».

Le Dr Philippa Brice, de la santé politique groupe de réflexion la Fondation PHG, souligne que « cette histoire souligne l’urgente nécessité d’un dialogue international sur l’éthique de la manipulation génétique sur des embryons humains, bien avant toute progression vers l’application clinique théorique. »

« Des appels à un moratoire sur toute cette recherche ont été lancés pour laisser le temps de déterminer ce qui est et n’est pas éthiquement, socialement et juridiquement acceptable en ce qui concerne la modification génétique de lignée germinale humaine ».

« Leur étude devrait être un sérieux avertissement pour tous les praticiens qui pense que la technologie est prête à être testée pour éradiquer les gènes de la maladie », a déclaré le biologiste britannique Edward Lanphier. « Nous devons arrêter cette recherche et veillez à ce que nous ayons une large discussion basée sur la direction dans laquelle nous allons aller ».

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentCertains sont tout simplement « délicieux » pour les moustiques
Article suivantLinux : disponibilité d’une version stable de Debian 8.0 Jessie

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here