Gmail : Google optimise les filtres antispam

C’est sur son blog que Google annonce blog avoir considérablement optimisé les filtres anti-spam de son service de messagerie Gmail.

À croire Google, moins de 0,1% des emails envoyés à destination d’un compte Gmail seraient du spam et le taux de faux positives avoisinerait 0,05%. Cela n’empêche pourtant pas la firme de Mountain View d’annoncer une optimisation des filtres antispam de son service de messagerie.

En fait, depuis le début de Gmail, le système antispam repose avant tout sur des algorithmes dirigés par les actions de l’internaute, notamment lorsqu’il marque manuellement un email comme spam ou, au contraire, comme un message légitime mal filtré. Désormais, Google annonce avoir considérablement optimisé les filtres en renforçant les algorithmes d’intelligence artificielle.

Pour ce faire, Google annonce la mise en place de Gmail Postmaster Tools, un nouvel outil qui vise à limiter les faux positifs en retournant un rapport à l’expéditeur d’un message. Cela devrait permettre d’éviter que les futurs emails soient systématiquement associés à du spam.

Grâce à un réseau de neurones artificiels, Google améliore l’intelligence artificielle appliquée aux filtres antispam avec des algorithmes qui deviennent plus performants et capables de mieux discerner les courriers indésirables.

L’équipe en charge de Gmail précise par ailleurs être en mesure de développer des filtres véritablement personnalisés, de traiter un même courrier en tant qu’email légitime pour une personne et spam pour un autre utilisateur.

Google précise également être en mesure de scanner la source d’un message dans le but de déterminer si l’adresse email utilisée correspond bien à celle de l’expéditeur.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentNouveaux forfaits mobiles chez Orange
Article suivantGalaxy Note : Samsung modifie son calendrier pour relancer ses ventes

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here