Google a activement traqué les mauvaises publicités en 2015

Dans son rapport « Better Ads Report 2015 », Google indique avoir bloqué 780 millions de publicités l’année dernière. Cette démarche fait partie de sa lutte contre les mauvaises publicités pour améliorer l’expérience internet.

Aux yeux de Google, internet doit être un espace où l’internaute doit avoir plaisir à surfer, où il peut trouver les informations qui l’intéressent. Malheureusement, certaines publicités gâchent cette expérience en étant mauvaises ou en étant même malveillantes. Ce problème est pris très au sérieux par la firme de Mountain View comme le prouve son rapport « Better Ads Report 2015 ».

Ainsi, en 2015, Google a utilisé plus de 1 000 personnes dans le monde pour traquer et éliminer ces mauvaises publicités. C’est ainsi que, l’année dernière, plus de 780 millions de publicités ont été désactivées pour violation de la politique mise en place par le géant du web. Ce problème est en augmentation vu que 524 millions d’annonces ont été bloquées en 2014 et 350 millions en 2013.

En 2015, Google s’est aussi efforcé d’améliorer l’expérience des internautes en désactivant des sites qui utilisaient certaines pratiques gênantes, comme la publicité qui couvre tout le contenu, les redirections non désirées sans avoir cliqué sur rien, etc.

Google s’est aussi attaqué aux applications mobiles qui proposent de la mauvaise publicité. Plus de 25 000 applis de ce genre ont été bloquées en 2015. Dans deux tiers des cas, elles affichaient de la pub très près des boutons dans le but de provoquer des clics accidentels. L’année dernière, ce sont aussi 1,4 million de propositions d’applis qui ont été rejetées parce qu’elles ne respectaient pas la politique de Google en matière de publicité.

La plupart des annonces publiées par les partenaires de Google proposent l’option « Ignorer cette annonce ». Cette fonctionnalité a été utilisée plus de 4 milliards de fois en 2015. Elle a permis un retour d’expérience qui a servi à affiner les publicités proposées. Le rapport mentionne encore l’Ads Setting, la possibilité que les utilisateurs ont de définir leurs centres d’intérêt pour une publicité plus pertinente, une fonctionnalité qui sert aussi à bloquer la pub indésirable.

Plus en détail, voici quelques chiffres clés :

  • Pour avoir proposé des marchandises de contrefaçon, plus de 10 000 sites et 18 000 comptes ont été suspendus l’année dernière.
  • Pour avoir proposé des médicaments et produits pharmaceutiques non approuvés par les autorités de la santé ou pour avoir fait de la publicité mensongère sur leurs effets, 12,5 millions de publicités ont été bloquées.
  • La pub mensongère pour la perte de poids figure parmi le top des plaintes des internautes. Plus de 30 000 sites pour publicité mensongère ont été suspendus.
  • Près de 7 000 sites ont été bloqués pour phishing
  • Plus de 10 000 sites proposant des logiciels indésirables ont été désactivés. Cela a permis de réduire de 99% les téléchargements indésirables via Google
  • Plus de 17 millions de publicités déguisées ont été rejetées

Pour finir, le rapport évoque aussi 2016. Pour cette année, le but de Google est de continuer cette lutte contre la mauvaise publicité, notamment avec de nouveaux outils.

image001

image002

image003

image004

image005

image006

image007

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentUne planète supplémentaire, beaucoup plus loin que Pluton ?
Article suivantCoup de projecteur sur Remix OS, un Android pour ordinateur

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here