Google à l’assaut des publicités intrusives

Les publicités se font de plus en plus intrusives ce qui agace les internautes, Google souhaite ainsi intervenir en essayant de trouver un moyen de contrer ce type de publicité. À l’aide des éditeurs, la firme compte bien lutter contre les publicités intempestives, mais aussi contre les adblockers, ce service qui propose de bloquer toutes les formes de publicité.

Google désire créer son propre bloqueur de pubs

Afin de dissuader les internautes d’avoir recours aux adblockers qui constituent une grosse perte financière pour les éditeurs qui n’ont pas d’autres revenus, car l’utilisation des adblockers met fin aux publicités sur internet, comme celles de YouTube et de Facebook aussi, Google aspire ainsi à l’aide des éditeurs de mettre en œuvre une solution moins radicale. En partenariat avec la Digital News Initiative (DNI), la firme de Mountain View a pour but de mettre un terme aux publicités dérangeantes en intégrant à son navigateur Google Chrome un programme qui bloquera les publicités abusives.

Google vs Adblockers

Google estime qu’il y a de bons et de mauvais formats de publicités, et que celles-ci ne devraient pas être prohibées totalement par des adblockers sauf contrepartie financière, cela engendre des pertes financières conséquentes pour les éditeurs qui réfléchissent à un moyen d’empêcher les publicités intempestives, surtout celles qui surgissent sur les téléphones et de ne garder que les bons formats de publicités qui ne gênent pas les internautes. Sachant que Google Chrome supprime déjà l’affichage des incontournables pop-up, il se pourrait que le navigateur se dote d’un programme qui filtrera les publicités dans le but de dissuader les internautes d’installer des adblockers . Avec son propre bloqueur de publicités, la firme en collaboration avec la DNI compte bien lutter contre les publicités abusives qui freinent la navigation et agacent les internautes.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLa nouvelle Audi TT RS présentée au salon de Pékin
Article suivantHausse des ventes de 38% pour les hybrides Toyota en Europe
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here