Avec le Google Cardboard, la réalité virtuelle à 20 euros arrive en France

Il aura finalement fallu deux ans à Google pour commercialiser le casque de réalité virtuelle Cardboard en France. Pas encore disponible dans les magasins physiques, il peut déjà être commandé en ligne sur le Play Store au prix de 20 euros à l’unité ou 30 euros le lot de deux.

Alors que le Cardboard a été lancé il y a deux ans aux États-Unis, les Français ont donc dû longuement patienter. Est-ce que cette attente en vaut la peine ?

À 20 euros, le Cardboard est clairement une alternative avantageuse à l’Oculus Rift ou à l’HTC Vive. Par contre, il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’un casque de réalité virtuelle en carton où son smartphone fait office d’écran. L’expérience immersive n’est donc clairement pas de la même qualité que ses prestigieux concurrents non plus.

En fait, le Cardboard s’avère même une solution de réalité virtuelle plutôt onéreuse. En effet, la paire de lunettes Homido Mini vendue 15 euros est moins chère. C’est aussi le cas d’autres masques de réalité virtuelle en carton, inspirés du modèle de Google, qui peuvent être distribués gratuitement à certaines occasions ou dans des paquets de céréales.

Détail important pour les personnes qui veulent acheter un Cardboard, il ne s’agit en fait pas d’un véritable casque dans le sens où il ne possède pas de bandeau de maintien sur la tête. Il s’agit donc juste d’un masque qu’il est nécessaire de tenir en permanence à la main, un dispositif qui ne peut véritablement servir qu’à expérimenter la réalité virtuelle pendant quelques minutes, certainement pas pendant l’intégralité d’un match de Roland-Garros par exemple.

Mieux vaut tard que jamais ! Au final, le plus important dans cette annonce est que Google ait enfin décidé de commercialiser son Cardboard en France.

Deux ans après les États-Unis, le Google Cardboard arrive en France à 20 euros

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLe téléphone est source d’inattention mortelle pour les piétons
Article suivantGoogle propose 13 emoji pour donner plus de représentativité aux femmes
Après mes études de journalisme, me retrouver à écrire sur des faits divers sans importance m'a déprimé. Lorsqu'un ami m'a emmené me changer les idées au salon Connect It de Paris, cela m'a fait tilt ! Découvrir les technologies d'aujourd'hui que tout le monde pourra utiliser demain… m'a donné une nouvelle inspiration. Par les amis de mes amis qui son mon avis, on m'a filament proposé d'écrire des articles sur le high-tech. Dire ce qui m'intéresse le plus ? Difficile à dire. Cela va si vite, les possibilités sont si énormes. Une chose est en tout cas sûre : cela me passionne !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here