Google et Nintendo investissent 30 millions de dollars pour voir des Pokémon dans les rues

Le développeur Niantic va recevoir 30 millions de dollars de Google et Nintendo pour le jeu « Pokémon Go » qui prévoit de faire démarquer des personnages virtuels de la saga Pokémon dans la rue.

C’est normalement l’année prochaine que le petit développeur américain de jeu vidéo Niantic va lancer « Pokémon Go », un jeu qui risque bien de révolutionner le jeu mobile.

Le but sera de capturer des personnages virtuels de la saga Pokémon… dans la rue réelle !

Les joueurs seront équipés d’un bracelet qui vibrera lorsque l’une des créatures est à proximité de leur emplacement. Ils n’auront qu’à dégainer leur smartphone pour capturer les créatures qui se cachent dans les espaces publics. Les créatures en questions seront bien évidemment visibles sur des cartes disponibles sur leur smartphone.

« Niantic ouvre la voie à une forme mobile de jeu que le monde n’a encore jamais expérimenté », explique Tsunekazu Ishihara, le PDG de The Pokémon Company.

Excellente nouvelle pour le petit développeur Niantic, les géants Google, Nintendo et Pokémon Company viennent d’investir massivement dans le projet. Les trois sociétés vont immédiatement verser 20 millions dans la start-up, une somme qui pourrait être allongée de 10 millions supplémentaire dans le cas où le jeu tiendrait toutes ses promesses.

En s’associant à ce projet, Nintendo indique clairement son changement d’orientation, sa nouvelle volonté d’investir dans le jeu sur mobiles alors que cette stratégie a été délibérément snobée durement de nombreuses années.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentJPEG Privacy and Security : une initiative pour plancher sur des DRM
Article suivantQu’est-ce qui peut bien bloquer 22% de la lumière d’une étoile ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here