Google Glass peut engendrer des maux de tête et autres douleurs

De l’avis même de l’optométriste consultant de Google, l’utilisation des lunettes Google Glass peut occasionner des maux de tête et autres douleurs.

En décidant de positionner l’écran en haut et à droite du champ de vision naturel, Google a opté pour le placement le plus judicieux pour que le porteur de lunette évite les obstacles, que cela soit les piétons, les voitures ou autres. Ce positionnement de l’écran apporte toutefois le désavantage de devoir « regarder en l’air », ce que les gens n’ont pas forcément l’habitude de faire.

C’est en raison de cela que le Dr Eli Peli, optométriste diplômé de l’université de Harvard et consultant pour Google durant le développement des lunettes, explique qu’un certain nombre de nouveaux utilisateurs se plaignent de maux de tête et autres douleurs.

L’optométriste tient à clarifier le fait que les maux de tête et autres douleurs signalés n’ont aucune commune mesure avec une migraine que de nombreuses personnes ressentent sans porter de Google Glass.

Le problème est avant tout que les nouveaux utilisateurs n’ont pas l’habitude d’utiliser ce genre d’accessoires, qu’ils vont abuser en regardant trop souvent l’écran, ce qui aura tendance à froisser son muscle oculaire.

Dès lors, à l’instar de nouvelles lunettes conventionnelles ou simplement de chaussures, le Dr Eli Peli recommande de débuter progressivement avec les Google Glass de manière à ce que l’utilisateur s’y habitue progressivement.

Si ce conseil semble parfaitement légitime, il n’en demeure pas moins que tous les détracteurs des Google Glass reprendront cet argument pour encore plus critiquer les lunettes connectées de Google.

Les lunettes Google Glass douloureuses pour les yeux
Les lunettes Google Glass douloureuses pour les yeux

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLinkedIn : ajout d'un classement du nombre de vues
Article suivantMario Kart 8 : le boost tant attendu pour la Wii U ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here