Google Glass : une seconde génération orientée plus musique

Alors que la première version des Google Glass n’est pas encore commercialisée auprès u grand public, le géant de l’internet continue de développer son produit en proposant une seconde génération orientée plus musique vu qu’elle va embarquer une oreillette.

Que proposeront les Google Glass lorsqu’elles seront commercialisées ? Difficile à dire vu qu’il semble que cela ne soit en tout cas pas le premier modèle. En effet, en annonçant une seconde génération de ses lunettes à réalité augmentée, Google Laisse à penser que le produit final commercialisé n’existe pas forcément encore…

En attendant, Google annonce que la seconde version de ses Google Glass s’est enrichie des retours utilisateurs, à savoir une oreillette intégrée à la monture et une meilleure compatibilité avec les verres correcteurs et les verres solaires. Il faut encore préciser que plusieurs couleurs de monture sont à choix.

Alors que la première version n’était pas disponible, que pour de rares développeurs ayant déboursé la modique somme de 1 500 dollars, cette seconde version leur est également destinée vu qu’ils ont 60 jours pour faire la transition via un programme d’échange vient. Il faut préciser que seules les personnes qui ont acheté des Google Glass avant le 28 octobre 2013 seront éligibles à la mise à niveau, et que ce programme comprend aussi la possibilité d’inviter trois amis à se joindre au programme.

Au niveau du grand public, la commercialisation n’est pas attendue avant 2014. Mais pour le moment, une chose est certaine, ces Google Glass sont plus à considérer comme des prototypes que des produits finaux.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentGoogle : 450 millions d’euros supplémentaires pour tripler son Datacenter finlandais
Article suivantTwitter : plus d’ambition pour son entrée en Bourse ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here