Google Glass : la version bêta disponible à la vente libre

Alors que les Google Glass n’en sont toujours qu’à une version bêta, Google a décidé que ses lunettes connectées sont désormais en vente libre aux États-Unis.

Jusqu’à maintenant, les Google Glass étaient essentiellement réservées aux développeurs, ainsi qu’à quelques geeks triés sur le volet. Désormais, le géant du net compte mettre ses lunettes à la portée d’un maximum d’utilisateurs. C’est dans ce sens que Google vient de rendre ses lunettes disponibles à la vente libre aux États-Unis.

Comme il s’agit toujours de la version bêta des Google Glass, les mêmes conditions de vente sont proposées, à savoir le modique prix de 1500 dollars.

Rien que cet aspect tarifaire pourrait rendre rédhibitoires les Google Glass auprès du grand public, mais le fait que Google insiste également sur le fait que ces lunettes connectées sont toujours dans la phase Explorer, c’est-à-dire en bêta, et que des améliorations du matériel et du logiciel sont encore en cours, le simple fait de savoir qu’il faut débourser 1 500 dollars pour un produit qui pourrait être totalement dépassé dans quelques semaines va faire hésiter beaucoup de monde.

Par ailleurs, Google annonce que la vente libre des Google Glass aux États-Unis vise « à en apprendre beaucoup », comme cela a été le cas juste après la vente flash d’il y a quelques semaines, mais aussi que les stocks à disposition seront « très limités ».

Alors que tout le monde attend plutôt une version finalisée des Google Glass, est-ce que cette sortie ne serait pas un moyen de couper l’herbe sous le pied de certains concurrents qui envisageraient peut-être de brûler la politesse à Google en commercialisant des lunettes connectées avant un lancement réel des Google Glass ?

Google Glass : disponibles au prix de 1 500 dollars aux États-Unis
Google Glass : disponibles au prix de 1 500 dollars aux États-Unis

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentTout comme Snapchat, Facebook va proposer les appels vidéo !
Article suivantUne vidéo pour imaginer iOS sur un écran de 4,7 pouces

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here