Google lance son Play Kiosque en France

Si Google fait disparaitre son Flux d’actu, il lance en contrepartie son Play Kiosque en France, un kiosque à journaux qui centralise la vente de magazines.

Le Play Kiosque de Google est déjà présent aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Australie et en Italie. Dorénavant, il sera également disponible en France et en Allemagne.

En proposant une soixantaine de titres locaux et une centaine de journaux internationaux, le Play Kiosque est avant tout un kiosque à journaux qui centralise la vente de magazines sur Android.

Alors que les titres sont simplement numérisés, sans lien hypertexte, les utilisateurs peuvent les acquérir à l’unité, et rarement sur un abonnement mensuel ou annuel.

Les éditeurs peuvent proposer librement le prix de leurs publications, actuellement de 0,99 à 4,49 euros, en sachant que Google prélève au passage une commission de 30% sur ce montant.

Disponible sur smartphones et tablettes Android ainsi que sur PC, Play Kiosque intègre également à son offre un service d’agrégation de flux alors que la version précédente de Google Flux disparait.

Google lance son kiosque à journaux sur son store français
Google lance son kiosque à journaux sur son store français

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentL'iPhone 6 se compare à ses prédécesseurs [Vidéo]
Article suivantMultiroom, la solution de Samsung pour sonoriser la maison

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here