Google lance un nouveau réseau social, baptisé « Google + »

Google a présenté un nouveau réseau social, baptisé « Google + », ambitionnant de prendre en compte certaines critiques exprimées contre le géant du secteur Facebook pour être plus nuancé et moins « rigide ». « Nous souhaitons faire évoluer le partage en ligne pour qu’il soit aussi naturel, riche et nuancé que nos interactions dans la vie réelle », a annoncé un des hauts responsables de Google, Vic Gundotra, sur le blog officiel du groupe.

Dépassé depuis plusieurs mois par Facebook

Google +, en phase de test sur invitation, revendique notamment « un ensemble de commandes simples et intuitives » pour régler les paramètres de confidentialité, l’organisation de « cercles d’amis » facilitée, et les recherches de sujets de conversation par « déclics ». Google, qui possède déjà le réseau social Orkut, très présent au Brésil, a lancé ce projet alors qu’il est dépassé depuis plusieurs mois par Facebook en termes de minutes passées par les internautes sur ses pages.

Google reste cependant leader mondial en nombre de visiteurs uniques, après avoir dépassé le seuil du milliard en mai, mais sa progression sur un an (+8,4%) est bien plus lente que celle de Facebook (+30,2%, troisième du monde avec 713 millions de visiteurs uniques), selon les chiffres du cabinet ComScore.

Le bouton +1 de Google +

Le bouton +1 de Google +, permet d’un seul clic, aux utilisateurs de Google de recommander des pages Web à leurs amis et contacts, ainsi qu’au monde entier.

Aujourd’hui, les +1 commencent à apparaître sur les pages de recherche Google dans le monde entier. Ils seront tout d’abord disponibles sur des sites tels que Google.co.uk, Google.de et Google.fr, puis sur d’autres sites de recherche dans les semaines suivantes.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentCharlie Chaplin : le scénario du Doodle Google vidéo en images
Article suivantSupersonic Download Accelerator

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here