Google : les « inévitables » voitures autonomes

L’arrivée des voitures autonome est « inévitable », c’est ce que pense Google, en tout cas son directeur de l’ingénierie.

Est-ce que nous roulerons tous un jour dans des voitures autonomes ? Cela semble possible, mais pas encore certain. Ce n’est pas tout à fait l’avis de Google qui considère leur arrivée comme « inévitable ». C’est ce qu’a déclaré Ray Kurzweil, le directeur de l’ingénierie de Google, en ouverture du SAE World Congress.

Lors de son allocution, Ray Kurzweil a expliqué pourquoi et comment la technologie allait changer notre vie dans les 30 prochaines années. Il a tout évoqué, de l’impression 3D à la réalité virtuelle, en passant par l’immortalité, sans oublier la voiture autonome.

D’après lui, la voiture autonome va servir à réduire drastiquement le nombre d’accidents routiers et diminuer le nombre de victimes, mais pas seulement. Elle permettra aussi d’occuper utilement ce temps de déplacement à faire autre chose.

Il conçoit également que les voitures autonomes vont modifier la perception de la propriété de l’automobile. La tendance sera alors à la location et au partage plutôt que de laisse sa voiture bêtement est inutilement stationnée.

Ray Kurzweil considère aussi que, dans les 10 – 15 ans à venir, il y aura de grosses avancées en matière de batteries pour les autos électriques, notamment grâce à la nanotechnologie qui permettra de stocker beaucoup plus d’énergie dans des espaces de plus en plus petits.

Au final, son verdict est que « Les voitures électriques autonomes sont inévitables ».

Cette conclusion semble en tout cas plus concevable que ses autres prédictions, par exemple l’ordinateur à 1 000 dollars qui sera possible d’émuler l’ensemble des capacités de calcul du cerveau humain d’ici 2022, des ordinateurs réduits à la taille d’une cellule sanguine d’ici 2030, etc.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentMe at the zoo : les 10 ans de la première vidéo publiée sur YouTube
Article suivantiOS : une faille zero-day qui fait crasher en boucle les iPhone

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here