Google Maps : toutes ses fonctionnalités disponibles offline

Google vient d’annoncer que, en plus des fonds de carte, ce seront toutes les fonctionnalités de Google Maps qui seront disponibles offline.

A l’occasion de sa keynote organisée de la cadre de la conférence développeurs I/O, les différents intervenants de Google ont clairement expliqué que la croissance économique de l’entreprise se fera dans les pays en voie de développement et dans les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud). Il a été souligné que ces zones géographiques possèdent des réseaux mobiles pas toujours performants, avec de nombreuses zones blanches. Au final, cette explication vise à justifier le fait que les services de Google doivent permettre d’accéder à l’information, même hors ligne.

C’est ainsi que, dans la continuité de YouTube Offline, Jen Fitzpatrick, vice-présidente de l’ingénierie et de la gestion des produits de Google, a présenté Maps Offline.

Google Maps en mode offline n’est pas nouveau vu qu’il est possible de conserver, depuis 2012, le fond de carte d’une zone géographique assez vaste. Ce qui est nouveau, c’est que toutes les fonctionnalités seront aussi disponibles en mode hors ligne. L’utilisateur pourra désormais mener des recherches pour trouver un lieu en particulier, mais aussi obtenir des informations détaillées, comme les heures d’ouverture d’un musée, le prix des billets, etc. En plus de la possibilité de se déplacer sur la carte, de zoomer/dézoomer, il sera par ailleurs aussi possible d’établir un itinéraire, et cela toujours en étant hors connexion. Le suivi du trajet se fera grâce à la puce GPS de l’appareil.

Il est encore précisé que Maps Offline sera disponible plus tard cette année, sans plus de précision.

Jen Fitzpatrick annonce le nouveau Maps Offline.
Jen Fitzpatrick annonce le nouveau Maps Offline.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentInstagram : vos photos ne vous appartiennent pas, d’autres peuvent les vendre !
Article suivantGmail : 5 fonctionnalités supplémentaires à activer

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here