Google : publication par erreur de 282 000 données confidentielles

C’est par erreur que Google a involontairement publié des données confidentielles concernant plus de 282 000 noms de domaines.

Mauvaise nouvelle pour ceux qui ont choisi le service Google Apps for Work pour enregistrer leur nom de domaine. Alors qu’ils ont dû fournir des informations comme ses nom, adresse, numéro de téléphone, e-mail … des données normalement confidentielles qui ont été accidentellement publiées pour 282 000 noms de domaines.

Ce sont des ingénieurs de Cisco qui ont découvert la faille le 19 février. En fait, le problème ne se pose pas lors de l’enregistrement du nom de domaine, mais lors du renouvèlement.

Google a d’ores et déjà présenté ses excuses, jeudi dernier, aux clients de Google Apps for Work, mais là où le bât blesse, c’est que le problème est toujours présent selon les ingénieurs de Cisco. De fait, même si Google a réussi à retirer de la toile ces informations malencontreusement rendues publiques, il n’en demeure pas moins que les sites qui les avaient copiées les détiennent toujours, mais aussi que d’autres fuites sont possibles.

Une telle faille pourrait bien écorner la réputation de Google, et cela durablement si rien n’est fait.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLa greffe de neurones pour réparer le cerveau
Article suivantGeekbench : les nouveaux MacBook sur le banc de test

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here