Google Shopping Express cible directement Amazon

Grâce à l’application Google Shopping Express, Google propose aux clients des librairies Barnes & Noble de Manhattan, Los Angeles et San Francisco de recevoir leurs livres la même journée, une offre qui vient concurrencer Amazon sur son propre terrain.

Premier distributeur à assurer la livraison en moins de 24 heures, Amazon vient d’annoncer l’extension de ce service à dix villes aux États-Unis, contre quatre actuellement. Mais l’important ce n’est pas l’annonce d’Amazon, mais celle de Google.

En lançant Google Shopping Express, la firme de Mountain View s’est associée aux librairies Barnes & Noble pour proposer un service de livraison en moins de 24 heures pour les ouvrages commandés via l’application. Dès ce jeudi, les acheteurs de livres de Manhattan, Los Angeles et San Francisco peuvent recevoir dans la même journée les ouvrages commandés auprès des librairies locales de Barnes & Noble, un service qui pourra être étendu à d’autres quartiers et villes par la suite.

Alors que les librairies Barnes & Noble souffrent du développement des services de livraison express proposé par Amazon, cette association avec Google va permettre de venir concurrencer le géant de l’e-commerce sur son propre terrain.

Alors que la stratégie d’Amazon est de s’appuyer sur des entrepôts pleins de marchandises, celle de Google est simplement de recourir à un service de coursiers qui collecte les livres dans les librairies pour les distribuer dans une fenêtre de trois à quatre heures au gré du client.

De plus, en proposant ce service de livraison gratuitement aux abonnés de Barnes & Noble et à 4,99 dollars aux non-abonnés, Google propose un tarif nettement plus attractif que les 5,99 dollars facturés aux membres premium par Amazon ou aux 9,98 dollars pour les autres clients.

Il faut encore préciser que ce service n’est à l’heure actuelle qu’en phase de test.

Livraison express : Google s'attaque au pré-carré d'Amazon
Livraison express : Google s’attaque au pré-carré d’Amazon

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLe robot autodépliant existe !
Article suivantMicrosoft : 9 bulletins de sécurité pour le prochain Patch Tuesday

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here