Google Street View : 1 600 euros pour un décolleté trop plongeant

Pour protéger la vie privée, Google floute les visages dans Street View. Une mesure insuffisante vue que le géant du net vient de se faire condamner à devoir payer 1 600 euros pour… un décolleté trop plongeant.

C’est en 2009 que Maria Pria Grillo découvre que sa maison de Montréal est visible sur le service Google Street View. La photo, encore disponible sur le site du Journal de Montréal, montre d’ailleurs cette femme devant chez elle, penchée sur son téléphone portable, en short et tee-shirt au décolleté très prononcé. L’angle de prise de vue est tel qu’il permet de découvrir la moitié de sa poitrine.

Estimant que l’on peut facilement la reconnaitre, vu que sa maison et sa voiture sont clairement visibles, Maria Pria Grillo décide, en 2011, de demander 45 000 dollars canadiens (31 900 euros) de dommages et intérêts pour détresse émotionnelle suite à la gêne éprouvée face à ses collègues ayant découvert la photo, mais aussi que Google floute entièrement son corps et toutes les informations pouvant servir à l’identifier.

Alors que cette affaire a finalement abouti devant la justice, début octobre, un juge canadien a condamné Google à devoir verser 2 250 dollars canadiens (1 600 euros) à la plaignante pour avoir montré son décolleté sur son service de navigation virtuelle Street View.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentAvec Copresence, Google prépare la communion d’iOS et d’Android
Article suivantApple : nouvelles rumeurs au sujet de l’iPad Pro

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here