Google Street View : voyager dans le temps

En proposant une nouvelle fonctionnalité permettant de remonter dans le temps pour visualiser l’évolution d’un lieu, Google Street View permet à ses utilisateurs de voyager dans le temps.

Quels sont les changements subis par un lieu au cours de ces dernières ? C’est pour répondre à cette question que Google a compilé toutes les images de son service Street View, depuis sa création en 2007. Grâce à cela, et à la nouvelle petite icône en forme d’horloge, le service vous présentera tous les clichés disponibles, ce qui permettra de suivre l’évolution, la construction ou la transformation d’un lieu.

C’est de cette façon qu’il est par exemple possible de suivre la construction de la Freedom Tower à New York ou d’un stade pour la prochaine Coupe du monde 2014 au Brésil., mais aussi de suivre la reconstruction d’Onagawa, le site japonais ravagé par le tsunami de 2011.

En offrant cette possibilité de voyager dans le temps aux utilisateurs de Street View, Google ajoute une nouvelle corde à son arc, celle de la mémoire collective, le souvenir de l’évolution des choses, des changements survenus.

Il est certain que cette fonctionnalité séduira beaucoup de personnes, pour son aspect ludique, mais surtout sa pertinence informative.

Il faut encore préciser que cette fonctionnalité est en cours de déploiement et qu’elle n’est pas encore disponible pour les terminaux mobiles, une chose qui ne saurait certainement pas tarder.

Le pont Chaban-Delmas en juillet 2012 et, un an plus tard, en juillet 2013.
Le pont Chaban-Delmas en juillet 2012 et, un an plus tard, en juillet 2013.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentApple : résultats plombés par le recul des ventes d'iPad
Article suivantOserez-vous détruire votre smartphone pour en recevoir un neuf ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here