Google Translate transforme un smartphone en traducteur instantané

Une nouvelle version de l’application Google Translate est disponible, elle transforme un smartphone en traducteur instantané.

« On vous permet de traduire instantanément des textes en utilisant votre appareil photo, donc ça devient plus facile de s’orienter dans la campagne italienne par exemple, ou de faire sa commande dans un restaurant à Barcelone », explique l’équipe qui a travaillé sur Google Translate dans un message posté sur un blog spécialisé alors qu’une nouvelle version de l’application est disponible depuis mercredi dernier.

Avec cette nouvelle version, il suffit de pointer un smartphone vers des panneaux, menus, recettes ou d’autres écritures en français, allemand, italien, portugais, russe ou espagnol pour en voir la traduction en anglais. L’application fonctionne désormais avec le système Word Lens Technology, une technologie acquise par Google au mois de mai dernier lors du rachat de la start-up Quest Visual.

« Quand vous regardez le menu d’un restaurant, c’est pratique, vous pouvez tout de suite pointer vers ce que vous voulez commander », souligne Otavio Good, le fondateur de Quest Visual. Il précise que le système fonctionne indépendamment d’internet, ce qui évite de consommer du data.

Hormis la traduction écrite, cette nouvelle version propose également la traduction orale en utilisant la reconnaissance vocale et les capacités du cloud pour traduire les échanges de deux personnes parlant dans des langues différentes. Dans ce cas, une connexion à internet est nécessaire.

Google Translate est gratuit et disponible pour Android et iOS. Cette application va certainement rendre de grands services aux touristes qui voyagent dans des pays étrangers.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLes wearables ne changent pas les comportements
Article suivantLe futur Apple Store de Bruxelles se camoufle

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here