Google : un brevet pour des peluches intelligentes et connectées

Vu qu’il s’agit d’un brevet, rien ne prouve encore que les peluches intelligentes et connectées de Google soient un jour commercialisées. Toujours est-il que la firme de Mountain View a déposé un brevet dans ce sens.

Une peluche connectée, bardée de capteurs et de moteurs, capable d’interagir avec son utilisateur, c’est ce qu’a imaginé Google en déposant un brevet au sujet d’une poupée qui serait dotée de microphones, haut-parleurs et caméras. Déposé en février 2012, ce brevet n’a été publié que le 21 mai 2015.

« Un appareil anthropomorphique, pouvant prendre la forme d’une poupée ou d’un jouet, peut être configuré pour contrôler un ou plusieurs appareils interactifs », stipule le brevet. Capable de parler et de bouger, le jouet pourrait également établir un lien social avec l’enfant et lui servir à allumer la télévision, changer de chaîne, écouter de la musique et plus encore.

Alors que les objets connectés deviennent de plus en plus à la mode, ce concept a tout de même de quoi donner des frissons dans le dos. En effet, certains organismes sont déjà inquiets de l’interaction sociale qu’un tel jouet pourrait développer avec les enfants.

Le Centre pour la démocratie et la technologie, qui focalise ses activités sur la sureté du web et la protection des enfants face aux nouvelles technologies, tire la sonnette d’alarme : « Si la technologie permet d’aller de l’avant, certaines situations peuvent détruire les interactions sociales, notamment dans le domaine de la vie privée ». De ce fait, l’organisme recommande aux parents d’être « particulièrement vigilants » face à l’arrivée sur le marché de produits de ce genre.

Pour s’en convaincre, il suffit de se remémorer de la polémique suscitée par la poupée Barbie alors qu’elle n’était munie que d’une simple caméra. On imagine les problèmes que pourraient potentiellement poser un ours en peluche intelligent.

Mais qui dit brevet, dit avant toute protection d’une idée. Cela ne signifie donc pas forcément que Google va produire un jour de tels jouets.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentAudi dévoile le concept-car fonctionnel d’une R8 e-tron avec pilotage automatique
Article suivantEst-ce qu’Apple a dévoilé par erreur une photo de l’iPhone 6C ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here