Google X cherche des batteries plus performantes

Quatre ingénieurs du laboratoire Google X plancheraient actuellement sur plusieurs projets avec l’objectif d’augmenter considérablement les performances des batteries de type lithium.

L’autonomie est actuellement le plus gros problème de la mobilité. Toutes les nouvelles fonctionnalités qui sont ajoutées nécessitent toujours plus d’énergie. En raison de la petitesse de nos appareils mobiles, la capacité des accumulateurs reste très limitée. L’idée serait donc d’augmenter la densité énergétique stockée dans les batteries.

D’après le Wall Street Journal, quatre ingénieurs du laboratoire Google X plancheraient actuellement sur plusieurs projets avec l’objectif d’augmenter considérablement les performances des batteries de type lithium. Ces recherches auraient commencé fin 2012, sous la direction du Dr. Ramesh Bhardwaj, un ancien d’Apple.

Selon ce qui se dit, au moins une vingtaine de travaux indépendants aurait été présentée par l’équipe du Dr Bhardwaj. Pour Google, l’objectif serait d’intégrer ces nouvelles batteries dans smartphones et tablettes, mais aussi dans ses voitures autonomes, ses lunettes connectées, ses drones, etc.

Parallèlement à cela, Google serait aussi en train de travailler sur des batteries « solid state », c’est-à-dire sans électrolyte liquide. Cette technologie qui utilise des matériaux conducteurs solides deviendrait ininflammable et pourrait intégrer, par exemple, des zones sensibles telles que des lentilles de contact.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentAbus de position dominante de Google : l’Europe prête à montrer les dents
Article suivantGoogle allège son moteur de recherche pour les connexions lentes

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here