Green Internet : Palme d’or décernée à Apple, Twitter et Amazon loin derrière…

Les mesures IT des géants d’Internet passent au crible par Greenpeace, dont la préoccupation principale est le respect de l’environnement. Selon le rapport Clicking Clean, Apple, Facebook et Google se placeraient en tête du classement. Amazon et Twitter, quant à eux, sont loin derrière.

Greenpeace s’intéresse non seulement au respect des mesures environnementales appliquées par les firmes IT, mais également aux infrastructures informatiques et aux efforts des acteurs high-tech quant aux déploiements énergétiques de leurs centres d’information.
Ces mêmes firmes ont été notées. Voici leur classement :

Apple, LE « number one » :

Greenpeace a jugé qu’Appel détenait la première place avec un Clean Energy Index égal à 100%. L’utilisation efficace et efficiente des énergies renouvelables a valu à Appel la place de leader, et lui a permis de se démarquer de ses concurrents. Ce jugement se concrétise lorsqu’on sait qu’Appel se fournit en énergie éolienne pour son site de Prineville, et en énergie solaire pour le Datacenter de Maiden.

Amazon et Twitter, les bonnets d’âne :

L’ONG se désole du comportement non transparent d’Amazon, fournisseur significatif d’une partie de l’infrastructure du monde virtuel, qui ne fournit aucune information probante quant à l’utilisation de ses énergies, ni des principes liés au respect de l’environnement.

Twitter, quant à lui, se retrouve en queue du classement à cause de l’inexistence d’informations relatives aux sources d’alimentation et à l’utilisation des énergies.

Est-ce à cause du fait que Twitter soit en leasing de Datacenters et non en détention d’un centre d’information propre à lui ?

Green-IT-greenpeace-datacenter-600

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentApple : une keynote pour le 2 juin ?
Article suivantRachat de SFR : le conseil de surveillance de Vivendi tient une réunion ce matin

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here