Grève : trafic aérien perturbé les 2 et 3 juillet ?

Vu que le Syndicat national des contrôleurs du trafic aérien (SNCTA) et Force ouvrière (FO) appellent les contrôleurs aériens à faire la grève les 2 et 3 juillet prochains, il y a fort à parier que le trafic aérien sera perturbé à ces dates.

Le Syndicat national des contrôleurs du trafic aérien (SNCTA) et Force ouvrière (FO) dénoncent une baisse de rémunération en raison de la suppression ou la refonte de diverses indemnités, et réclament une compensation. Ils s’inquiètent aussi d’une éventuelle baisse des moyens initialement prévus.

« Nous demandons au gouvernement de ne pas plier face aux injonctions de la Commission européenne et de respecter les engagements pris envers nous il y a un an », explique Roger Rousseau, le secrétaire national du SNCTA.

À cela, le SNCTA ajoute d’autres revendications, comme la clarification de l’âge limite de départ à la retraite des fonctionnaires qui doit reculer de 57 à 59 ans.
C’est ainsi qu’un préavis de grève a été déposé pour les 2 et 3 juillet prochain.

Dans le préavis, il est aussi demandé à la direction générale de l’aviation civile (DGAC) « une modernisation accélérée des systèmes techniques de la navigation aérienne ». « Une démotivation et une inquiétude croissantes des personnels jamais vues depuis des décennies » est aussi mentionnée.

Il est à rappeler que lors de la dernière grève, les 8 et 9 avril derniers, la DGAC avait préventivement demandé aux compagnies aériennes d’annuler 40% des vols prévus. Cela signifie donc que le trafic aérien risque bien d’être perturbé les 2 et 3 juillet prochain.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLe constructeur automobile Lexus présente… un hoverboard !
Article suivantAlfa Romeo : une nouvelle Giulia pour relancer la marque italienne

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here